Marco Stoffella (Verona): Tuscany between Lombards and Carolingians

Résumé
La conquête de la Toscane Lombarde par les Francs de Charlemagne fut la conséquence directe de la chute de Pavie, la capitale du royaume. Par des recherches récentes, on a enquêté sur les changements politiques les plus signifiants qui ont mené à la prépondérance de la loi franque sur le regnum Langobardorum, surtout placés dans une perspective institutionnelle: cependant, pendant le règne de Charlemagne, quels furent les bouleversements sociaux majeurs, conséquence de la conquête des sociétés locales de l’Italie centrale et de l’Italie du nord? Qui a joué un rôle clef tout en menant ces bouleversements, rendant ainsi possible le règne de Charles dans des sociétés locales? Lire la suite

Matthias Becher (Bonn): Strategien der Herrschaftssicherung. Karl der Große und seine »Untertanen«

Résumé:
Au cours de son règne, Charlemagne développa des conceptions de plus en plus élaborées de ses liens avec ses »sujets«. Au départ, il misa plutôt sur la loyauté des milieux nobles, qui lui étaient en tout état de cause favorables, et c’est avec leur aide qu’il remporta ses premières victoires militaires. Cependant, au fil du temps, il aspira à clarifier cette relation. En réaction à la rébellion du comte Hardard de Thuringe, Charlemagne instaura pour la première fois, en 789, un serment général de fidélité au roi. Son couronnement impérial entraîna un nouveau serment, et ce sur le nomen Cesaris. Inspiré par son nouveau statut, il approfondit cette idée de fidélité, et l’intégra à ses projets de réforme du royaume. Il s’avéra ainsi que le monarque, loin de se contenter de sa position ou de son titre, avait des idées très précises sur la gestion de son royaume et le rôle de ses sujets.

Karl der Große entwickelte im Laufe seiner Regierungszeit immer weiter reichende Vorstellungen über sein Verhältnis zu seinen »Untertanen«. Zu Anfang setzte er eher auf die Loyalität der ihm ohnehin verbundenen Adelskreise und erreichte mit ihrer Hilfe seine ersten kriegerischen Erfolge. Mit zunehmender Zeit aber strebte er eine eindeutige Definition dieser Beziehung an. Als Reaktion auf den Aufstand des thüringischen Grafen Hardard forderte er 789 erstmals einen allgemeinen Treueid ein. Karls Kaiserkrönung führte zu einer neuen Vereidigung, und zwar auf das nomen Cesaris. Inspiriert von seiner neuen Stellung intensivierte er den Treuegedanken und verband ihn mit der angestrebten Reform seines Reiches. Er erwies sich damit als ein Herrscher, der nicht einfach nur mit seiner Stellung und seinem Titel zufrieden war, sondern auch eine sehr klare Vorstellung von der Regierung seines Reiches und der Stellung seiner Untertanen besaß.

During the course of his reign Charlemagne kept developing the notion of his relation to his »subjects«. At the beginning he relied on the loyalty of the nobles already linked to him and achieved his first success in war due to their help. With the time, though, he aimed at a more distinct definition of this relation. As a reaction to the riot of the Thuringian count Hardard, he demanded a general oath of allegiance for the first time in 789. The imperial coronation of Charlemagne lead to a new adjuration, this time on the nomen Cesaris. Inspired by his new gained position he intensified the concept of loyalty connecting it to the aspired reform of his empire. He therefore proved to be a ruler who was not only satisfied with his position and title but also had quite precise notions of his own rule and the position of his subjects.

Zur Person
Prof. Dr. Matthias Becher

Matthias Becher

Matthias Becher

1980 – 1986 Studium der Fächer Geschichte und Politische Wissenschaften an der Universität Konstanz.
1990 Promotion an der Universität Konstanz.
1989 – 1995 wissenschaftlicher Assistent an der Universität Paderborn.
1995 Habilitation im Fach Mittelalterliche Geschichte an der Universität Paderborn.
1995 Lehrstuhlvertretung an der Universität Regensburg.
1995 – 1998 wissenschaftlicher Oberassistent an der Universität Paderborn.
1996 – 1997 Lehrstuhlvertretung an der Universität Tübingen.
Seit 1998 ordentlicher Professor für Mittlere und Neuere Geschichte an der Universität Bonn.
Seit 2008 Sprecher des Bonner Mittelalterzentrums.
Seit 2008 Mitglied im Konstanzer Arbeitskreis für mittelalterliche Geschichte.
Seit 2013 Mitglied der Nordrhein-Westfälischen Akademie der Wissenschaften in Düsseldorf, Klasse für Geisteswissenschaften.

Rosamond McKitterick (Cambridge): Charlemagne, Rome and Jerusalem and the Management of Sacred Space

Résumé:

Le rôle de Rome dans la mémoire culturelle des Francs, et le contexte dans lequel il s’est développé, ont révélé l’existence de plusieurs dossiers concernant le dialogue des Francs avec le passé de Rome, tous liés à Charlemagne. Bien évidemment, ce souvenir comprenait aussi la connaissance de comprendre la littérature et l’histoire de Rome héritées des classiques et des derniers auteurs de l’Antiquité tels que Virgile, Livy, Tacite, Velleius Paterculus, Luc, Eutrope ou bien l’Historia Augusta, tous accessibles dans le monde des Francs. Lire la suite

Geneviève Bührer-Thierry (Marne-la-Vallée): À l’est du Rhin: construction et gestion des espaces périphériques

Résumé 
Les conquêtes de Charlemagne ont indéniablement abouti à déplacer le centre de gravité du royaume franc vers l’Est. Néanmoins, les espaces conquis ou annexés à l’Est du Rhin ne forment pas un ensemble homogène : ils opposent une Germanie structurée autour de la vallée du Main qu’on peut considérer comme un des espaces centraux de l’empire, à la Saxe et à la Bavière qui font davantage figure de périphéries. Lire la suite

Sebastian Scholz (Zürich): Normierung durch Konzile

Résumé:
Cette intervention porte sur les cinq conciles de 813. Comment furent abordées les questions et accusations formulées par Charlemagne à l’adresse des grands de l’Empire sur la problématique des interférences entre les sphères ecclésiastique et temporelle? Lire la suite

Courtney M. Booker (Vancouver): By Any Other Name? Charlemagne, Nomenclature, and Performativity

Résumé:
En 781, Carloman, le fils de Charlemagne, mutato nomine, fut relevé des fonts baptismaux par le Pape Adrien, son conpater, et fut rebaptisé »Pippin«. Assurément, ce geste frappant fut longtemps reconnu exclusivement comme formant une composante critique des plans de succession de Charlemagne; en effet, les érudits ont compris que le changement de nom n’était qu’une stratégie du roi, provoquant de façon simultanée la perte d’héritier du trône pour Pippin l’ainé (le Bossu) et le gain très spécifique d’héritier du trône pour Carloman. Mon compte-rendu passe en revue les explications sur le changement de nom de Carloman, et explore l’implicite dans ces soi-disant façons et contre-façons par l’octroi de noms adéquats. Lire la suite

Gian Pietro Brogiolo (Padova): L’architecture en Italie du Nord entre les Lombards et les Carolingiens

Résumé
Les architectures sont un paramètre privilégié pour évaluer l’impact de la conquête carolingienne de l’Italie lombard (774), soit qu’on considère leur signification idéologique et culturelle, soit qu’on privilégie la maîtrise technologique des cycles du bâtiment, ou la capacité de produire un surplus à allouer à l’investissement productif ou de prestige. Lire la suite