Anne-Orange Poilpré (Paris): Représenter la vie du Christ au temps de Charlemagne

Résumé:
L’illustration des manuscrits bibliques, entre la fin du VIIIe et le début du IXe siècle, se caractérise par la rareté du cycle narratif christologique. Les livres d’évangiles peints à cette période limitent leur ornementation à des portraits d’évangélistes, insérés en frontispice de chaque texte, des tables de canon et quelques scènes dogmatiques. Les rares scènes évangéliques proprement narratives sont insérées de manière ponctuelle, placées dans l’architecture des tables de canon, ou bien à l’intérieur d’une initiale. Suivant un mouvement inverse, certains ivoires sculptés pour le décor des reliures de manuscrits, réactivent un répertoire christologique tardo-antique dans lequel les scènes illustrant la vie du Christ occupent une place non négligeable. L’église de Saint-Jean de Müstair possède, quant à elle, l’un des seuls décors monumentaux carolingiens conservés, constitué d’un important ensemble de peintures murales, dont un cycle christologique très développé sur les murs latéraux. Le propos est ici d’analyser les modalités de ce recours au cycle narratif évangélique, au début de la période carolingienne, en prenant en compte les implications cultuelles des œuvres, à un moment où les analogies entre l’empereur et le Christ sont nombreuses dans les sources écrites.

Die Miniaturen in Bibel-Handschriften, die zwischen dem Ende des 8. Jahrhunderts und dem Anfang des 9. Jahrhunderts entstanden, sind durch seltene christologische Narrativzyklen charakterisiert. Die Evangelien, die zu dieser Zeit ausgestaltet wurden, beschränken die Malerei auf die Porträts der Evangelisten, die auf dem Titelblatt des jeweiligen Textes erscheinen, der Kanontafeln und einiger dogmatischer Szenen. Die seltenen rein narrativen Szenen der Evangelien sind nur hier und da eingefügt, innerhalb der Architektur der Kanontafeln oder in einer Initiale. Einem älteren Beispiel folgend, greifen einige Elfenbeinschnitzereien, die der Verzierung der Handschrifteneinbände dienten, auf ein spätantikes, christliches Repertoire zurück, in dem die Szenen aus dem Leben Christi einen nicht unbedeutenden Platz einnehmen. Die Kirche Sankt Johann in Müstair besitzt eines der ganz wenigen erhaltenen Baudekore aus karolingischer Zeit; es besteht aus einem umfangreichen Ensemble von Wandmalereien, zu dem ein sehr detaillierter Christuszyklus auf den Seitenmauern gehört. Ziel der Vortrags ist, die Art und Weise zu analysieren, wie auf den narrativen Christuszyklus zu Beginn der karolingischen Epoche zurückgegriffen wurde. Dabei wird die Bedeutung der Werke für den Kult berücksichtigt, zu einer Zeit, da sich in den schriftlichen Quellen häufig Analogien zwischen Kaiser und Christus finden.

The illustration of biblical manuscripts between the end of the 8th and the beginning of the 9th century is characterized by the scarcity of Christological narrative cycles. The Gospels that were painted at this time, limit their ornamentations to the portraits of evangelists, that can be found at the front page of every text, to canon tables and to some dogmatic scenes. The rare, narrative evangelistic scenes are inserted in a very accurate way, placed within the architecture of canonical tables or even in the inside of an initial. As a consequence of an inverse movement, some ivories that were made to decorate the binder of a manuscript reactivated a late antique, Christian repertoire, where the illustrated scenes from the life of Christ occupy a significant place. The church of St. John at Müstair has, meanwhile, one of the only preserved Carolingian, monumental decorations, consisting of a large set of murals, including a highly developed Christological cycle on the side walls. The purpose here is to analyze the modalities of this drawing on the narrative, evangelistic cycle in the beginning of the Carolingian period, the cultural implication of the works hast to be taken into account as well in this period, where the analogies between emperor and Christ were quite numerous within the written sources.

Données personnelles
Maître de conférences en histoire de l’art médiéval, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Domaine de recherche: Histoire de l’art art du premier Moyen Âge (IVe-IXe siècle), iconographie biblique et christologique.

Publications:

  • Maiestas Domini. Une image de l’Eglise en Occident (Ve-IXe siècles), Paris, Editions du Cerf, 2005.
  • « Le royaume de Charlemagne comme Ecclesia ? Le témoignage d’un manuscrit liturgique et de ses images (l’Evangéliaire de Godescalc) », Pecia, 14, 2012, p. 37-56.
  • « Illustrer la vie du Christ dans les manuscrits de l’Antiquité tardive : l’exemple des évangiles dits ‘de saint Augustin’ (fin du VIe siècle) », Ars auro gemmisque prior. Mélanges en hommage à Jean-Pierre Caillet, Ch. Blondeau et alii (dir.), Zagreb-Motovun, 2013, p. 131-137.

Ce contenu a été publié dans Résumés par Max Weber Stiftung, et marqué avec , , , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Max Weber Stiftung

The Max Weber Foundation promotes global research, concentrated around the areas of social sciences, cultural studies and the humanities. Research is conducted at ten institutes in various countries across the globe with distinctive and independent focal points. Through its globally operating institutes, the Foundation is able to contribute to the communication and networking between Germany and the host countries or regions of its establishments. By promoting scientific dialogue and merging academic as well as non-academic employees from several countries with different cultural backgrounds, the Max Weber Foundation is able to strengthen the Internationalization of research in its three fields of dedication.

3 réflexions au sujet de « Anne-Orange Poilpré (Paris): Représenter la vie du Christ au temps de Charlemagne »

  1. Votre étude me paraît très intéressante. Je n’étais malheureusement pas Paris au moment du colloque.
    J’aimerais savoir quand et à cause de quel phénomène le Christ a commencé à être représenté en croix. En effet, je fais une petite recherche sur les croix « ressuscitantes » qui sont très rares et j’aimerais parler un peu de l’évolution des représentations de la croix.

    D’avance, je vous remercie vivement de votre réponse.

    • Chère Madame,
      Merci de votre message et de votre question. D’après les œuvres conservées, la représentation du Christ en croix apparaît au VIe siècle (il y a très peu d’exemples antérieurs), dans le contexte des objets et images attachées aux pèlerinages en Terre Sainte (boîte à reliques conservée au Vatican), et dans celui des manuscrits liturgiques (sacramentaire de Gellone). L’époque carolingienne est un moment où cette représentation évolue beaucoup et devient plus fréquente. Ensuite, à partir de l’époque romane, l’image (peinte et sculptée) insiste davantage sur les souffrances physiques et montre aussi le Christ mort, dans une descente de croix, par exemple. Je peux vous conseiller deux ouvrages (pour le haut Moyen Âge) : MC Sepière, L’image d’un Dieu souffrant ; et C. Chazelle, Crucified God. Ils vous apporteront les précisions nécessaires.
      Je ne connais pas les croix « ressuscitantes ». Pourriez-vous m’indiquer un exemple ? Par avance merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *