Jean-Pierre Devroey et Nicolas Schroeder (Bruxelles): Mettre l’Empire en réseau. Approvisionner et manger à la table de Charlemagne

Résumé
L’approvisionnement alimentaire de la Maison royale était, quantitativement et qualitativement, un impératif quotidien prioritaire. Cette communication envisage les conditions et modalités de cet approvisionnement autour de trois thématiques.
Qui nourrir?
Contre des interprétations qui soutiennent que le roi se déplaçait avec une vraie cour permanente, nous suggérons que l’entourage royal consistait en un noyau réduit permanent et un entourage plus large, intermittent. Certains membres de celui-ci subvenaient eux-mêmes à leurs besoins alimentaires, selon un système de fonctions rétribuées indirectement par les honneurs et les bénéfices.
Quand et où nourrir ?
Depuis les années 60, la question de l’approvisionnement a été liée à celle de l’itinéraire royal. Ces recherches ont souligné la saisonnalité de la mobilité et l’importance des palais et des domaines du fisc. Les concepts de Winterpfalz et de »provinces royales« sont essentiels à la compréhension de l’itinéraire, alors que l’idée largement répandue d’un Reisekönigtum ne s’applique pas aux souverains carolingiens. Les formes de résidence et de mobilité étaient d’abord liées à des choix et des contraintes politiques, militaires, logistiques et symboliques. Le réseau des fiscs et palais soutenait cette mobilité.
Comment nourrir?
L’organisation du système des palais et domaines du fisc reposait sur la communication et la gestion, impliquant une hiérarchie d’interlocuteurs spécialisés. Ces derniers devaient mettre à disposition les ressources – soit sur place, soit en les expédiant – ainsi qu’entretenir la résidence et les infrastructures indispensables au séjour. Le réseau des palais et domaines du fisc était flexible (itinéraire royal) et adaptable (inflexions politiques).

Die Nahrungsversorgung des königlichen Hauses war, quantitativ und qualitativ betrachtet, ein tägliches Gebot ersten Ranges. Dieser Vortrag befasst sich mit den Bedingungen und Modalitäten dieser Versorgung, im Rahmen dreier Themen.
Wen ernähren?
Entgegen den Interpretationen, die behaupten, dass der König mit einem ständigen Gefolge reiste, vermuten wir, dass es aus einem permanenten, kleineren Kern und einem zeitweisen, größeren Gefolge bestand. Einige Mitglieder kümmerten sich selbst um ihre Versorgung, gemäß genau umrissener Funktionen, die indirekt durch honores und Lehen vergütet wurden.
Wann und wo ernähren?
Seit den 60er Jahren ist die Frage der Versorgung mit der Frage nach den königlichen Reiserouten verbunden. Diese Recherchen haben die Saisonabhängigkeit der Mobilität, die Bedeutung der Pfalzen und der königlichen Grundherrschaften betont. Die Konzepte der Winterpfalz und der »königlichen Provinzen« sind grundlegend, um die Reiserouten zu verstehen, obwohl die weit verbreitete Idee eines Reisekönigtums sich nicht auf die karolingischen Herrscher anwenden lässt. Residenz und Mobilität waren zunächst von politischen, militärischen, logistischen und symbolischen Aspekten abhängig. Das Netz der Pfalzen und Grundherrschaften unterstützte diese Mobilität.
Wie ernähren?
Die Organisation des Pfalzsystems und der Grundherrschaften beruhte auf der Kommunikation und der Verwaltung; es schloss einer Hierarchie von Ansprechpartnern ein. Sie mussten die Ressourcen vor Ort oder durch Lieferung bereitstellen, ebenso die Residenz und die nötigen Infrastrukturen für den Aufenthalt. Das Netz der Pfalzen und Grundherrschaften war flexibel (königliche Reiserouten) und anpassungsfähig (politische Wende).

The food supply for the Royal Court in its qualitative and quantitative aspects was a daily imperative of first order. This talk broaches the issue of the conditions and modalities of this supply around three main topics.
Who to supply?
Against interpretations which support the theory whereby the king moved with a permanent entourage, we suggest that the royal entourage consisted of a reduced permanent core and a larger temporary entourage. Certain members of the latter attended themselves for their food requirements, according to a system of compensation that was indirectly influenced by honours and benefits.
 When and where to supply?
Since the sixties the question of food supply has been related to the question of the royal itinerary. These researches have emphasised the seasonality of the mobility and the importance of the palaces and tax authority zones. The concepts of Winterpfalz and »royal provinces« are essential to understand the itinerary, whereas the prevalent idea of Reisekönigtum is not applicable to the Carolingian sovereigns. The forms of residence and mobility were primarily linked with the political, military, logistic and symbolic choices and constraints. The network of tax authorities and palaces supported this mobility.
How to supply?
The organization of the system of palaces and tax authority zones was based upon communication and administration, implying a hierarchy of specialized interlocutors. The latters had to provide the resources – either on site or by sending them – as well as to maintain the residence and the indispensable infrastructure for the stay. The network of palaces and tax authority zones was flexible (royal itinerary) and adaptable (political inflections).

Données personnelles

  • Nicolas Schroeder
Nikolas Schroeder

Nikolas Schroeder

2013‒2016: Chargé de Recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique                                        (F.R.S.-FNRS), Université libre de Bruxelles
2012–2013: Chercheur postdoctoral, University of Oxford
Août 2012: Chercheur invité du réseau »Conventus«, Universiteit Gent
Depuis 2010: Membre du comité organisateur du Réseau des Médiévistes Belges de Langue Française
2008–2012: Aspirant du Fonds National de la Recherche Scientifique (F.R.S.–FNRS)
2007–2012: Doctorat en Histoire, Art et Archéologie, Université libre de Bruxelles
Intitulé de la thèse: »Terra familiaque Remacli. Études sur le milieu matériel et social de l’abbaye de Stavelot-Malmedy, viie–xive siècle« (Prix du concours annuel de la Classe des Lettres et des Sciences Morales et Politiques de l’Académie Royale de Belgique)
2003–2007: Candidature et Licence en Histoire, Université de Liège

 

  • Jean-Pierre Devroey
Jean-Pierre Devroey

Jean-Pierre Devroey

Licencié en Histoire (1973) et docteur en Philosophie et Lettres (1982) de l’ULB, Jean-Pierre Devroey enseigne l’histoire médiévale et l’histoire économique à l’ULB.

Il dirige également les bibliothèques de l’Université depuis 1988 et est actuellement doyen de la Faculté de Philosophie et Lettres (2004-2008).

Il est membre de la Classe des Lettres de l’Académie Royale de Belgique depuis 2000, de la Société d’Histoire de France et corresponding editor d’Early Medieval History.

Ses recherches portent sur l’économie et la société de l’Occident latin du Haut Moyen Âge, ainsi que sur l’histoire de l’alimentation, de la vigne et du vin jusqu’à l’époque contemporaine. Une vaste enquête consacrée à l’Économie rurale et la société dans l’Europe des Francs du VIe au IXe siècles l’a occupé de 2002 à 2005.

L’objectif était de faire la synthèse dans une perspective comparatiste des recherches des trois dernières décennies, en recourant simultanément aux sources et aux méthodes traditionnelles de l’historien, et aux apports théoriques et pratiques de l’archéologie et des sciences sociales. Le premier volet de cette enquête consacré aux Fondements matériels, échanges et lien social a été publié en 2003, le second portant sur le Système social et le monde paysan est paru en 2006. Elle se poursuit actuellement sur la question de la rationalité et de la capacité de l’homme médiéval à appréhender le réel et à agir sur le monde.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *